FANDOM


Régiment de La Tour d'Auvergne
1er régiment étranger
Régiment de La Tour d'Auvergne, 1808 : cornette de voltigeurs, grenadier et fusilier. Richard Knötel, Uniformenkunde, volume XII, planche 33.
Régiment de La Tour d'Auvergne, 1808 : cornette de voltigeurs, grenadier et fusilier. Richard Knötel, Uniformenkunde, volume XII, planche 33.

Période 30 septembre 18052 mai 1815
Pays Flag of France France
Allégeance Flag of France Empire français
Flag of the Kingdom of France (1814-1830) Royaume de France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie légère
Fait partie de Armée de Naples
Armée d'Espagne
Guerres Guerres napoléoniennes
Commandant historique Godefroy Maurice Marie Joseph de La Tour d'Auvergne

Le 1er régiment étranger est un régiment constitué sous le Premier Empire sous l'appellation de Régiment de La Tour d'Auvergne.

Création et différentes dénominations Modifier

Le régiment de La Tour d’Auvergne est créé par décret du 8 vendémiaire an XIV (30 septembre 1805)[1],[2]. Il est formé à Wissembourg au moyen d'hommes de diverses nationalités, mais principalement de prisonniers de guerre autrichiens[1] et russes[2],[3]. Ses officiers sont d'anciens émigrés, royalistes ou chouans, comme Charles d'Escorches de Sainte-Croix ou Joseph II de Banyuls qui, après avoir combattu ardamment la Révolution se sont ralliés à l'Empire[3].

Le colonel Godefroy Maurice Marie Joseph comte d'Apchier, Prince de La Tour d'Auvergne, ancien officier de Louis XVI, en prend le commandement en 1805, et donne son nom au régiment[3].

A sa création, il est divisé en 3 bataillons organisés sur le modèle de l'infanterie légère[2] avec un effectif théorique de l'ordre de 2 500 hommes[3]. Ainsi,

En 1809, les prisonniers de la campagne d'Autriche permettent de lever un 4e bataillon [2] à Belfort[1],[3], toujours au moyen de prisonniers de guerre autrichiens[1].

Un décret du 4 août 1811 forme un 5e et un 6e bataillons au moyen de prisonniers de guerre espagnols[1], chaque bataillons comptant six compagnies[2]. Le 11 août 1811, le régiment, commandé par le colonel Jean-Baptiste Danlion[3] prend le nom de 1er régiment étranger[1],[2].

A la fin de 1813, les deux premiers bataillons sont épargnés par la décision de désarmer les troupes étrangères. Les quatre autres forment un bataillon de pionniers.

Le régiment est finalement dissout le 2 mai 1815[3].

Colonels-en-Premier et Colonels-en-Second Modifier

Bucquoy Les Uniformes du Ier Empire 1910 - Le régiment de La Tour d'Auvergne Colonel 1808

Le Régiment de La Tour d'Auvergne
Colonel - 1808[4].

Colonels[5]

Pendant les campagnes de la Révolution et de l'Empire, La Tour d'Auvergne comptera également un officiers tué, trois morts des suites de leurs blessures et trente-trois blessés[5].

Historique des garnisons, combats et bataille du 1er régiment étranger Modifier

Fin 1806, le régiment est affecté à l’Armée de Naples[2], où il combattra jusqu'en 1812[1] puis dans les Alpes[3].

En 1809, le 4e bataillon nouvellement levé est affecté en Espagne[2] (Catalogne[1]) : il rejoint les autres bataillons dans le royaume de Naples en 1811[1][2].

Drapeau du régiment Modifier

Les trois bataillons reçoivent en 1806 une aigle et un drapeau du modèle Challiot dont les inscriptions sont inconnues[2]. Le régiment reçoit en 1812 un drapeau du nouveau modèle, sans nom de bataille, dont l’inscription est sans doute[2] :

L’EMPEREUR
NAPOLEON
AU 1ER RÉGIMENT
ÉTRANGER
Réglement de 1804 (modèle Chaillot incomplet)
Réglement de 1804 (modèle Chaillot incomplet)
Réglement de 1812

Uniforme Modifier

Régiment de La Tour d'Auvergne, 1805

Régiment de La Tour d'Auvergne, 1805 : officier de chasseur en tenue de parade, grenadier, officier en tenue d'été et voltigeur. Illustration d'Henry Ganier-Tanconville, 1910.

Le décret de création du régiment spécifiait que le régiment, classé dans l'infanterie légère, aurait un uniforme dont le fond serait vert[1], et un gilet blanc[3]. L'uniforme[2], tel que nous le connaissons, correspond effectivement à celui de l'infanterie légère, en remplaçant par le vert la couleur bleue du fond de l'habit.


Un contemporain a écrit à propos du 1er Régiment-Étranger « dans leur bel uniforme vert, ils faisaient de nombreuses conquêtes féminines ... spécialement auprès des cuisinières ![3] »

Chasseurs Modifier

D'après le commandant Bucquoy[1],[4], les compagnies de chasseurs auraient porté le chapeau à l'origine, et n'auraient porté le shako qu'à partir de 1806[1].

  • Chapeau de feutre noir. Plumet vert avec cocarde tricolore gansée de blanc à la base.
  • À partir de 1807, shako de feutre noir à bande du haut et du bas en cuir noir orné d’une plaque en losange de métal blanc estampée de l’aigle impérial. Pompon à la couleur de la compagnie et plumet vert avec cocarde tricolore gansée de blanc à la base. Cordons et raquettes blancs. Visière de cuir noir et jugulaires de métal blanc[2]. À partir de 1809, aigle à soubassement de laiton estampé du numéro du régiment. Jugulaire à écailles de laiton. À partir de 1813, shako du nouveau modèle avec aigle à soubassement de métal blanc. Le cordon et le plumet sont supprimés.
  • Habit à la française à pans longs de drap vert. Collet échancré écarlate à passepoil blanc. Épaulettes à franges blanches. Revers en pointe verts à passepoil blanc. Parements écarlates passepoilés de blanc et pattes vertes passepoilées de blanc. Retroussis verts à passepoil blanc, poches en long simulées par un passepoil blanc. Boutons de métal blanc[2].
  • En 1807, même habit à pans courts et parements verts passepoilés de blanc à pattes écarlates passepoilées de blanc.
  • En 1813, habit-veste à pans courts, collet et revers agrafés avec les mêmes agréments. Épaulettes remplacées par des pattes d'épaule vertes lisérées de blanc.
  • Gilet vert.
  • Culotte de drap vert.
  • Guêtres hautes blanches en grande tenue et noires en tenue de route, remplacées vers 1809 par des demi-guêtres dans toutes les tenues.
  • Buffleteries blanches, giberne noire de cuir noir. Sabre d'infanterie à dragonne blanche.
Bernard Coppens - Chasseur du régiment de La Tour d'Auvergne 1809.jpg
Chasseur du régiment de La Tour d'Auvergne en 1809[1].
Bucquoy Les Uniformes du Ier Empire 1910 - Le régiment de La Tour d'Auvergne Setent-Major de Chasseurs 1811.jpg
Sergent-major de Chasseurs, petite tenue de ville - 1811[4]
Bucquoy Les Uniformes du Ier Empire 1910 - Le régiment de La Tour d'Auvergne Chasseurs et tambour de Chasseurs 1811.jpg
Chasseur et tambour de Chasseurs en 1811[4]

Carabiniers Modifier

  • Bonnet à poil de fourrure noire, semblable à celui des carabiniers de l'infanterie légère[1], sans plaque ni fond de tissu, à cordons, raquettes et plumet écarlates[2]. Le bonnet est remplacé en 1813 par le shako à bande du haut et du bas et V sur les côtés écarlates, pompon écarlate à houppe de même[2].
  • Épaulettes à franges rouges[1]. Retroussis ornés d’une grenade écarlate.
  • Guêtres d’infanterie légère à galon et gland écarlate[2].
  • Giberne ornée d’une grenade de laiton et sabre d’infanterie à garde de laiton à une branche et fourreau de cuir noir à garnitures de laiton, dragonne écarlate[2].

Voltigeurs Modifier

  • Les voltigeurs portaient des shakos à cordon vert, et plumet vert à sommet jaune[1]. En 1813, shako à bande du haut et du bas et V sur les côtés jaune, pompon vert à houppe jaune[2].
  • Épaulettes à franges vertes, tournante chamois à franges jaunes[1].
  • Retroussis ornés d’un cor chamois. Cordons et raquettes vert et plumet vert à sommet jaune.
  • Guêtres d’infanterie légère à galon et gland chamois.
  • Sabre comme les grenadiers à dragonne verte à gland chamois.
Bucquoy Les Uniformes du Ier Empire 1910 - Le régiment de La Tour d'Auvergne Voltigeur et Sergent de Carabinier 1805.jpg
Voltigeur et Sergent de Carabinier - 1805[1].
Bucquoy Les Uniformes du Ier Empire 1910 - Le régiment de La Tour d'Auvergne Adjudant-Major et Carabiner 1807.jpg
Adjudant-Major, petite tenue - Carabinier, tenue d'été - 1807[4]

Sous-officiers Modifier

  • Galon de grade blanc ou argent sur les manches.
  • Pour les sergents, tournante et franges des épaulettes et cordons du shako mêlés de fil d’argent.

Officiers Modifier

  • Tenue de la troupe à pans longs.
  • Insignes de grade (épaulettes et galons en haut du shako) argent.
  • Bottes hongroises noires à galon et gland argent.
  • Pour les officiers supérieurs, plumet blanc inséré dans une tulipe argent, selle française à schabraque et chaperons de drap vert galonné d’argent.

Tambours Modifier

  • Tenue de la troupe avec le col, les revers et les parements galonnés d’écarlate.

Sapeurs Modifier

  • Tenue des grenadiers avec insignes de sapeur (grenade surmontée de haches croisées) en drap blanc sur les manches.
  • Tablier de cuir blanchi.
  • Banderoles ornées de haches croisées en laiton.
  • Hache et sabre de sapeur.

Musiciens Modifier

  • Tenue de la troupe aux couleurs inversées (écarlate distingué de verts) avec le col, les revers, les parements et leur patte, les poches et le haut du shako galonnés d’argent.
  • Trèfles argent aux épaules.
  • Plumet et pompon blancs.
  • Culotte verte et bottes hongroises noires à galon et gland argent.
  • À partir de 1809, tenue verte de la troupe avec les mêmes ornements.
Bucquoy Les Uniformes du Ier Empire 1910 - Le régiment de La Tour d'Auvergne Fusilier 1805, Caporal 1806.jpg
Fusilier, tenue de route - 1805 - Caporal de Voltigeur - 1806[1].
Bucquoy Les Uniformes du Ier Empire 1910 - Le régiment de La Tour d'Auvergne Sapeur 1810.jpg
Sapeur, grande tenue - 1810[4]
Bucquoy Les Uniformes du Ier Empire 1910 - Le régiment de La Tour d'Auvergne Musicien 1810.jpg
Musicien - 1810[4]

Personnes ayant servi au 1er régiment étranger Modifier

Notes et références Modifier

Annexes Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externes Modifier

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie Modifier

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Erreur de script