FANDOM


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marey (homonymie) et Monge.
Nicolas-Joseph Marey-Monge
Fonctions
Flag of France (1790-1794) Royaume de France
Député suppléant de la Côte-d'Or
à l'Assemblée législative
1er octobre 179120 septembre 1792
Élection 4 septembre 1791
Flag of France République française
Député de la Côte-d'Or à la Convention nationale
21 septembre 179226 octobre 1795
Élection 6 septembre 1792
Biographie
Nom de naissance Nicolas-Joseph Marey
Date de naissance 22 novembre 1760
Lieu de naissance Nuits, Bourgogne
Royal Standard of the Kingdom of France Royaume de France
Date de décès 9 décembre 1818 (à 58 ans)
Lieu de décès Pommard, Côte-d'Or
Flag of the Kingdom of France (1814-1830) Royaume de France
Parti politique Modérés
Profession négociant
Liste des députés de la Côte-d'Or
Liste des membres de l'Assemblée législative par département
Liste des membres de la Convention nationale par département

Nicolas-Joseph Marey, dit « Maret jeune » puis « Marey-Monge » (22 novembre 1760) - Nuits (province de Bourgogne, actuelle Côte-d'Or) † 9 décembre 1818 - Pommard, Côte-d'Or), est un homme politique français du XVIIIe siècle. Il fut député de la Côte-d'Or (suppléant) à la l'Assemblée législative et à la Convention nationale.

Biographie Modifier

Nicolas-Joseph, qui ne s'appelait encore que « Marey », était négociant à Nuits, quand éclata la Révolution française. D'une des familles les plus honorables de la Bourgogne[1], il avait une grande instruction complétée par de nombreux voyages dans toute l'Europe[2].

Élu, le 4 septembre 1791, député suppléant de la Côte-d'Or à l'Assemblée législative, il ne fut pas appelé à y siéger.

Il était en Norvège[2], lorsqu'il fut rappelé par le vœu de ses compatriotes[3], le 6 septembre 1792, le 7e sur 10, pour siéger comme député de la Côte-d'Or à la Convention nationale, où il se fit remarquer par sa modération et son courage.

Lors du procès du roi, Maret répondit au 3e appel nominal[4] :

« Plus les crimes de Louis m'inspirent d'horreur, plus je dois me mettre en garde contre les effets tumultueux de l'indignation qu'ils excitent, imposer silence à tout ce qui pourrait me faire oublier mes devoirs, et renoncer en quelque sorte à moi-même pour n'écouter que le cri de ma conscience.
On peut considérer le coupable ou comme un citoyen, et sous l'aspect d'une justice rigoureuse, ou comme un roi convaincu de trahison contre sa patrie, et sous un point de vue politique. Citoyen, il doit être jugé comme tous les autres citoyens, par les tribunaux ordinaires ; il a le droit à toutes les formes dont la loi investit l'accusé pour opérer le triomphe de la justice ou celui de l'innocence : formation de jury, récusation d'une partie de ses membres, scrutin secret, etc. ; mais la Convention a pensé qu'un roi ne saurait être regardé comme un simple citoyen, par ses rapports avec ses complices nationaux et étrangers ; elle n'a donc considéré Louis que comme un roi traître à son souverain, et, à ce titre, et sous un point de vue politique, elle a pu s'ériger elle-même en jury, mais pour juger le crime, et non pour punir le criminel.
Comme membre du jury national, j'ai déclaré que je crois Louis coupable.
Toute représentation n'exerce qu'une volonté provisoire. Porter sur Louis un jugement définitif est, dans mon sens, un attentat à la volonté définitive de la nation ; prononcer la mort est une usurpation du droit du souverain. Je devais donc voter pour l'appel. Je l'ai fait. L'appel a été rejeté. J'obéis au vœu de la majorité.
La cumulation des fonctions de juré, de juge, de législateur, me paraît monstrueuse, tyrannique, subversive de tout ordre social. Mon devoir à l'égard de Louis se borne à une simple mesure de sûreté publique. Je ne veux point être juge; je ne puis ni ne dois l'être.
Mais la Convention eût-elle reçu un mandat spécial pour juger le ci-devant roi, ce n'est pas dans le code pénal qu'elle devrait chercher la peine due à ses crimes. Pourrait-elle sans violer les droits sacrés de la justice et de l'égalité, user de toute la rigueur de la loi envers le coupable, après lui avoir refusé la protection des formes conservatrices ; et l'intérêt général n'est-il d'aucun poids dans la balance des législateurs ? L'existence de la république naissante est attachée à l'existence de Louis. Si sa tête tombe, nous aurons à combattre et la fureur étrangère et la pitié nationale. Louis vivant et méprisé écarte tous les aspirants à la royauté ; gardé comme otage, sa liberté deviendrait le gage de la paix. Louis, mort et regretté, laisse une place au premier ambitieux hardi qui osera l'envahir. L'expulsion des Tarquins enfanta la république, et la mort de César le triumvirat.
Représentants du peuple, vous avez tué le despote, laissez vivre l'homme ; enseveli dans l'oubli, flétri de la réprobation nationale, assiégé par le remords, qu'il traîne dans la captivité une vie rampante et déshonorée. Je n'ai plus qu'un mot à vous dire. Vous êtes dépositaires de l'honneur français. L'Europe vous contemple, la postérité s'avance. Elle vous jugera, et sa voix perce les siècles.
Je vote, comme mesure de sûreté générale, pour la détention du ci-devant roi pendant tout le temps de la guerre, et l'expulsion un an après que les despotes coalisés contre la France auront posé les armes et reconnu la république.
 »

En bref, Maret avait voté :

  1. « Louis Capet est-il coupable de conspiration contre la liberté publique et d'attentats contre la sûreté générale de l'État, oui ou non ? » : oui ;
  2. « Le jugement de la Convention nationale contre Louis Capet sera-t-il soumis à la ratification du peuple, oui ou non ? » : oui ;
  3. « Quelle peine sera infligée à Louis ? » : détention pendant tout le temps de la guerre et expulsion un an après que les despotes aient déposé les armes et reconnu la République
  4. « Y aura-t-il un sursis à l'exécution du jugement de Louis Capet, oui ou non ? » : oui ;

Inscrit plus tard sur la liste des émigrés, Marey obtint sa radiation. Il épousa une fille de l'illustre Gaspard Monge, ancien ministre, fondateur de l'école polytechnique et président du sénat conservateur, et en eut sept enfants, dont six fils. De là lui vint le nom de « Marey-Monge », qu'il porta jusqu'à sa mort (1818).

Union et postérité Modifier

Nicolas-Joseph Marey était le fils cadet de Claude Marey Mony (6 janvier 1696 - Nuits-Saint-Georges6 mai 1770), conseiller secrétaire du roi, maire de Nuits-Saint-Georges (1758-1778), et de Claudine Lenoir (1725-1765).

On lit dans l'Histoire de Bourgogne, de Claude Courtépée (1721-1781), que Claude Marey, élu aux États généraux, ancien maire de Nuits, exerça sa générosité en sauvant de la famine la moitié des habitants de cette ville, retirés sur le haut de leurs maisons inondées, en leur faisant porter sur une barque le pain nécessaire à leur subsistance. Cette belle action retentit jusqu'à la cour, qui lui fit offrir des titres de noblesse[2].

Nicolas-Joseph épousa, le 12 juin 1795 à Paris, Jeanne Charlotte Émilie (177829 octobre 1867 - Pommard). Aînée des quatre filles de Gaspard Monge (1746-1818), comte de Péluse et de Catherine Huart (1747-1846), elle est décrite par ses contemporains[5] belle, généreuse et spirituelle. Comme sa sœur elle bénéficie d'une éducation soignée, et singulière en accompagnant son père lors de ses tournées en tant qu'examinateur de la Marine.

Tous les fils Marey-Monge étaient oncles d'Arthur Marey, tombé, à Nuits, le 6 décembre 1851, victime des passions révolutionnaires[6].

Armoiries Modifier

Figure Blasonnement
Blason à dessiner Armes de la famille Marey Page d'aide sur l'homonymie

D'azur, à un mât de vaisseau d'or, avec ses cordages, accosté de deux raies du même.[14]

Blason modèle fr Armes parlantes Armes parlantes (mât + raie = Marey Page d'aide sur l'homonymie).

Annexes Modifier

Bibliographie Modifier

Notes et références Modifier

  1. Le général-comte de Gassendi (arrière-petit-neveu du philosophe Gassendi), pair de France, ancien conseiller d'État et sénateur, maria sa fille unique à M. « Marey de Gassendi Page d'aide sur l'homonymie », chevalier de la Légion d'honneur, ancien maire de Nuits, ancien membre du conseil général de la Côte-d'Or, et sa petite fille à M. Ernest Marby-Monge, ancien officier d'artillerie ; le premier, cousin germain ; et le deuxième, frère du général Marey-Monge.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 Annuaire historique et biographique des souverains, des chefs et membres des maisons princières, des autres maisons nobles, et des anciennes familles, et principalement des hommes d'État, des membres des chambres législatives, du clergé, des hommes de guerre, des magistrats et des hommes de science de toutes les nations, vol. 1, Direction, 1844 [lire en ligne] 
  3. Par 303 voix (500 votants).
  4. « Quelle peine sera infligée à Louis ? »
  5. « Émilie Monge », sur roglo.eu (consulté le 27 mai 2011)
  6. 6,0, 6,1, 6,2, 6,3, 6,4, 6,5 et 6,6 Joseph Bard, L'Algérie en 1854 : itinéraire général de Tunis à Tanger ; colonisation -- paysages -- monuments -- culte -- agriculture -- statistique -- hygiène -- industrie -- commerce -- avenir, L. Maison, 1854, 251 p. [lire en ligne] 
  7. « Armand (Jean-François) » , dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, 1889 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  8. « Notice no LH/1736/78 », base Léonore, ministère français de la Culture
  9. Description physique : Cheveux blonds : - Front large ; - Nez moyen - Yeux bleus - Bouche moyenne - Menton rond - Visage ovale - Taille 163 -
    Source 
    « M Marc Charles Claude Ernest MAREY-MONGE », sur gw1.geneanet.org (consulté le 27 mai 2011)
  10. « Notice no 19800035/0327/44069 », base Léonore, ministère français de la Culture
  11. Naufrage du bateau à vapeur le Papin Page d'aide sur l'homonymie le samedi 6 décembre 1845 : À à 11 h du soir le navire fit côte au nord, de Mazagan sur un banc de sable à 2 ou 3 encâblures de la terre sa cheminée en tombant écrasa plusieurs hommes de l'équipage le bâtiment fut coupé en deux à l'arrière des chaudières et de 151 personnes qui montaient le bateau à vapeur 75 seulement purent être sauvés tout le reste s'engloutit dans les flots en fureur dans la nuit du 6 au 7 décembre le dessin représente la situation du Papin le 6 décembre à 5 heures du matin
    Dessin de Auguste Mayer 
    Source 
    « Auguste étienne françois Mayer, peintre de marine », sur historic-marine-france.com (consulté le 27 mai 2011)
  12. « Notice no LH/1736/75 », base Léonore, ministère français de la Culture
  13. « Notice no LH/1736/76 », base Léonore, ministère français de la Culture
  14. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (I & II), Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887 [lire en ligne] 

Voir aussi Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externes Modifier

Erreur de script

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard