FANDOM


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Châtre.
Maison de La Châtre
Blason de la famille.
Blason de la famille :
Blasonnement De gueules, à la croix ancrée de vair.[1]
Allégeance Parti catholique (guerres de religion)
Fiefs tenus Nancay
Vassaux Seigneurs d'Ars
Preuves de noblesse
 - Admis aux honneurs de la Cour 1738 à 1787

Le maison de La Châtre est une ancienne famille de la noblesse française.

Généralités Modifier

« La maison de la Châtre, l'une des plus distinguées du royaume, par les grands hommes qu'elle a produit, n'est pas moins illustre par la grandeur et l'antiquité de son origine. »

— Courcelles, Dictionnaire universel de la noblesse de France

Elle est issue, selon la Thaumassière, historien du Berry, et plusieurs auteurs anciens et modernes, des princes souverains de Déols, ou du Bas-Berry, dont le premier connu dans l'histoire, est Laune ou Ebbes le Noble[2], qui possédait, l'an 898, la terre déolaise en principauté, et fonda l'abbaye de Déols en 917, avant le règne de Hugues Capet.

Ebbes de Déols, IIe du nom, issu de Laune au quatrième degré, sixième fils de Raoul II, dit le Chauve et le Grand, prince de Déols, eut en apanage la terre de La Châtre, dont il transmit le nom à ses descendants.

On a, de la maison de La Châtre, nombre de monuments, qui constatent sa munificence envers les établissements religieux de la province de Berry. Des dotations fréquentes, des fondations considérables et réitérées, sont les témoignages de sa splendeur des Xe au XIIe siècles. La terre de La Châtre a été vendue pour une rançon, sous le règne du roi Saint-Louis.

Cette maison a donné deux maréchaux et deux grands fauconniers de France, cinq capitaines des gardes du corps du Roi, un colonel-général des Suisses et Grisons, plusieurs chevaliers des ordres du Roi, deux maîtres des cérémonies de France, deux prévôts de l'ordre de Saint-Michel, deux gouverneurs de la province du Berry, jusqu'à l'époque de la Révolution française ; des capitaines de places fortes, des capitaines de gens d'armes, un gouverneur des enfants de France, des conseillers, chambellans et gentilshommes des rois deFrance : des chevaliers de l'ordre du Roi, des lieutenants-généraux et maréchaux-de-camp des armées, etc. ; elle a joui des honneurs de la cour de 1738 à 1787, en vertu de preuves faites au cabinet des ordres du roi.

Membres illustres de la famille Modifier

Les ecclésiastiques Modifier

Les militaires Modifier

  • Pierre Denis, baron de La Châtre (7 novembre 1763 - Issoudun27 juillet 1820 - Issoudun), était un militaire français des XVIIIe et XIXe siècles :
    Porteur d'un grand nom chevaleresque, le colonel de La Châtre appartenait néanmoins à une branche relativement modeste d'une illustre famille, située à mi-chemin entre la bourgeoisie fortunée et la petite noblesse d'Issoudun. Jeune engagé des armées royales, il ne put accéder à l'épaulette d'officier à cause des contraintes de l'édit de Ségur et ce, malgré le soutien de son mestre de camp : le comte de La Châtre-Nançay. Proposé en 1786 pour une sous-lieutenance au bataillon d'Afrique (où les quatre degrés de noblesse n'étaient pas obligatoires), il refusa pour rester en France. La Révolution le propulsa au grade de lieutenant-colonel.

Autres Modifier

Galerie de portraits Modifier

Information icon.svg Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Généalogie Modifier

Outre la branche ducale, il existe encore deux autres branches de la maison de La Châtre.

Alliances notables Modifier

Françoise de La Châtre, épouse de Henri Albert de La Grange, marquis d'Arquien, fut la mère de Casimire de la Grange d'Arquien, épouse, en 1665, de Jean Sobieski (élu roi de Pologne en 1674). Cette alliance donne à la maison de La Châtre des affinités avec plusieurs têtes couronnées et principalement avec la maison d'Autriche.

Titres Modifier

Châteaux, seigneuries, terres Modifier

Châteaux & hôtels Modifier

Information icon.svg Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Terres Modifier

  • Égreville, où sont inhumés, dans la crypte de l'église paroissiale Saint-Martin, les membres de la famille du maréchal Louis de La Châtre qui l'a fait construire. Les maréchaux de La Châtre embelliront le château du lieu au XVIIe siècle et créeront des jardins, la cour d'honneur, feront recreuser les fossés et entourer la propriété de hauts murs.

Armoiries Modifier

Image Armoiries de la maison de La Châtre
Blason fam fr La Châtre Armes de la maison de La Châtre

De gueules, à la croix ancrée de vair.[1]

French heraldic crowns - Baron
100px
Armes du baron de La Maisonfort

Écartelé : aux 1 et 4, de gueules, à la croix ancrée de vair (de La Châtre) ; aux 2 et 3, de gueules, à trois têtes de loup d'argent (Saint-Amadour).[1]

Orn ext baron de l'Empire OLH
Blason à dessiner
Armes du baron Delachastre et de l'Empire

De gueules coupé d'un trait de sable, au premier chargé d'un lion contourné d'or, au quatrième chargé d'une croix de vair : franc-quartier des barons tirés de l'armée à la filière d'argent au neuvième de l'écu, au deuxième de gueules, à la croix ancrée de vair.[5]

Ou,

Coupé : au I parti de gueules au lion contourné d'or et du quartier des barons tirés de l'armée ; au II, de gueules, à la croix ancrée de vair.[6]

Livrées : rouge, blanc, bleu, jaune[5].

Orn ext Duc et pair de France (Restauration) OSE
Blason fam fr La Châtre
Armes du duc de La Châtre

De gueules, à la croix ancrée de vair.[1],[7],[8]

Supports 
deux lions.
Couronne de prince sur l'écu, et couronne ducale sur le manteau.
Cimier 
le lion royal d'Angleterre, qui est d'or, ayant le poitrail ceint d'une couronne de laurier de sinople, et portant l'étendard du régiment Loyal-Émigrant, où sont écrits ces mots : « L.E. Fac et spera. »
Devise 
« Atavis Et Armis ».

Notes et références Modifier

  1. 1,0, 1,1, 1,2 et 1,3 Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, 1996, 204 p. (ISBN 978-2-86377-140-2) 
  2. Archives départementales de l’Indre, Berry médiéval : à la découverte de l’Indre au Moyen Âge, catalogue d’exposition, Châteauroux, Archives départementales de l’Indre, 2009, p. 19
  3. « Claude de La Châtre », sur roglo.eu (consulté le 24 février 2012)
  4. « Gabriel de La Châtre », sur roglo.eu (consulté le 24 février 2012)
  5. 5,0 et 5,1 PLEADE (C.H.A.N. : Centre historique des Archives nationales (France)).
  6. Xavier Gaignault et Hervé Coutau-Bégarie, Le colonel Pierre-Denis de La Châtre, baron de l'Empire (1763-1820), Éditions Guénégaud, 2007, 156 p. (ISBN 9782850231322) [lire en ligne] 
  7. François Velde, « Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) », Lay Peers, sur www.heraldica.org,‎ 27 septembre 2005 (consulté le 18 juin 2011)
  8. Jean Baptiste Pierre Jullien de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France : des grands dignitaires de la couronne, des principales familles nobles du royaume et des maisons princières de l'Europe, précédée de la généalogie de la maison de France, vol. 6 [détail des éditions] [lire en ligne] 

Annexes Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externes Modifier

Bibliographie Modifier

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Pour approfondir 
Erreur de script

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard