FANDOM


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leclerc et Juigné.
Léon Marguerite Le Clerc
Baron de Juigné
Origine Royaume de France Royaume de France
Allégeance Royaume de France Royaume de France
Arme Marine
Cavalerie
Grade Maréchal-de-camp
Commandement Régiment de Soissonnais
Hommages Honneurs de la cour
Autres fonctions Député de la noblesse (1789)
Famille Famille Le Clerc de Juigné

Léon-Marguerite Le Clerc (Paris, 3 janvier 1733Paris, 24 octobre 1810), baron de Juigné, est un militaire et parlementaire français des XVIIIe et XIXe siècles .

Biographie Modifier

Frère puîné du marquis de Juigné et de l'archevêque de Paris, Léon-Marguerite Le Clerc servit d'abord dans la marine où il parvint au grade lieutenant de vaisseau.

Il passa, en 1758, dans la cavalerie, fut fait capitaine en 1758, colonel aux grenadiers de France en 1762, et colonel du régiment de Soissonnais en juillet 1767. On le créa brigadier des armées du roi, le 3 janvier 1770, et maréchal-de-camp, le 1er mars 1780.

Il fut admis aux honneurs de la cour en 1783[réf. à confirmer][1].

Élu, le 31 mars 1789, député de la noblesse aux États généraux par le bailliage de Coutances, il s'opposa à la suppression des justices foncières, et renouvela l'offre faite au nom du clergé d'un prêt de quatre cents millions.

Il émigra à la fin de la session (1791), rentra en France sous le Consulat, et ne reparut plus sur la scène politique..

Il mourut le 24 octobre 1810.

Titres Modifier

Distinctions et honneurs Modifier

Armoiries Modifier

Figure Blasonnement
French heraldic crowns - Baron.svg
Blason fam fr Leclerc de Juigné.svg
Armes de la famille Le Clerc de Juigné

D'argent, à la croix de gueules, bordée-engrêlée de sable et cantonnée de quatre aigles du même, becquées et armées du second.[3]

Ascendance & postérité Modifier

Léon-Marguerite était le quatrième fils de Samuel-Jacques Le Clerc ( † tué le 19 septembre 1734 à la bataille de Guastalla (Espagne)), baron de Juigné, de La Lande en Poitou et de Champagne (Champagne-Hommet), colonel du régiment d'Orléans-infanterie[4]) et de Marie Gabrielle Le Cirier de Neufchelles (° 1706 † 1763), fille de Léon Le Cirier ( † 1733), seigneur de Neufchelles et d'Hénonville, maréchal des camps et armées du Roy, gouverneur de Sainte-Menehould, lieutenant des gardes du corps du roi, chevalier de Saint-Louis.

  1. Le baron de Juigné avait trois frères et une sœur :
  2. Jacques Gabriel Louis Leclerc (° 1727 † 1807), marquis de Juigné, chevalier de Saint-Louis (1757), ministre plénipotentiaire en Russie (1774), lieutenant-général (1780), député aux États généraux de 1789 ;
  3. Antoine-Éléonor-Léon Le Clerc de Juigné (° 1728 † 1811), archevêque de Paris (1782), député aux États généraux de 1789 ;
  4. Armand Louis Le Clerc de Juigné (° 5 juin 1731 - Saint-Sulpice (Paris)28 décembre 1758), chevalier de Malte Page d'aide sur l'homonymie (de minorité), capitaine au régiment de Guyenne ;
  5. Louise Léonine Gabrielle Le Clerc ( † 19 août 1754), mariée le 24 mars 1753 avec Antoine Guy, « marquis » de Pertuis, vicomte de Baons le Comte, dont postérité.

Il épousa, le 5 mars 1769 à Saint-Germain en Laye, Adelaïde Elizabeth Olive (° vers 1750), fille de Jacques Étienne Antoine de Saint-Simon-Courtomer ( † 1768), vicomte de Courtomer (Orne). Ils eurent cinq enfants qui formèrent la branche cadette de la famille Le Clerc de Juigné.

Notes et références Modifier

  1. 1,0 et 1,1 « Juigné (Léon-Marguerite Leclerc, baron de) » , dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, 1889 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  2. André-François-Joseph Borel d'Hauterive, Albert Révérend, Georges de Morant et Howard Horace, comte d' Angerville, Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe (ISBN 20198086) [lire en ligne], p. 296 
  3. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (I & II), Gouda, G.B. van Goor zonen, 1884-1887 [lire en ligne] 
  4. Alexandre Mazas et Théodore Théodore Anne, Histoire de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis : depuis son institution en 1693 jusqu'en 1830, vol. I, Firmin Didot frères, fils et Cie, 1860 [lire en ligne] 
  5. « Notice no LH/1531/28 », base Léonore, ministère français de la Culture
  6. Ordonnance du roi du 19 juillet 1820.
    Source 
    L' ami de la religion et du roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire, vol. 24, Paris, 1820 [lire en ligne] 
  7. « Notice no LH/1386/73 », base Léonore, ministère français de la Culture
  8. « Notice no LH/1531/26 », base Léonore, ministère français de la Culture

Annexes Modifier

Articles connexes Modifier

Liens externes Modifier

Bibliographie Modifier

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Erreur de script

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard